Le Big Data pour la tranquilité publique (partie 1)

Avant d’aborder le thème de la sécurité publique dans le prochain article, rappelons ce qu’est le Big Data. En reprenant l’analyse du site Culture Informatique, on y voit quelque chose de simple qui nous concerne tous. Selon le site, l’idée générale du big data, c’est d’enregistrer beaucoup de données (le plus possible). D’ailleurs si l’on traduit : Big Data, on obtient quelque chose comme « Grande Donnée » ou « Données importantes ». Alors, la big question, c’est de savoir quelles sont ces fameuses données. Lorsque l’on se penche sur Internet et son utilisation, la donnée peut se retrouver absolument partout à partir du moment où l’on se connecte :

 

    • Les sites sur lesquels nous surfons
    • Les mails ou messages que nous envoyons ou recevons
    • Les applications de nos smartphones,
    • Les conversations téléphoniques,
    • … et quelques autres, dont vous vous ne doutiez peut être pas :
  • Votre alarme de maison, si elle est relié à un central téléphonique,
  • Les volets électriques s’ils peuvent être commandés à distance,
  • Les thermostats s’ils sont commandés à distances, et en général beaucoup d’équipements de domotique.
  • Et bien évidemment, tout ce qui peut se connecter à Internet, comme par exemple :
    • Les GPS,
    • Vos machines de Fitness, si elles sont capables d’enregistrer vos performances,
    • Vos réfrigérateurs connectés,
    • Vos téléviseurs connectés,

 

Cela peut sembler un peu effrayant… Mais ne soyons pas dupes. Derrière cela, il y a un objectif pour les annonceurs :  mieux connaitre le consommateur que nous sommes et pouvoir nous proposer des produits toujours plus adaptés à nos besoins, et bien évidemment au final de nous vendre quelque chose. A l’aide du big data, les produits proposés seront ciblés plus finement et en fonction de plus de critères que ceux généralement utilisés. 

 

Prenons un exemple très simple : 

 

Vous êtes musicien et vous vous connectez à un site d’achat en ligne pour acheter le tout nouveau synthétiseur Roland dont vous avez entendu parler via un site spécialisé. Vous le sélectionnez et vous ajoutez à votre panier.

Alors, le site vous propose un choix de housse, car vous en aurez besoin pour transporter votre matériel dans les concerts. Mais il ne vous propose pas n’importe quelle housse :

  1. car il sait que vous êtes un accro de la musique électronique. En effet, il y a quelques temps, vous avez déjà cherché et acheté des produits liés à la musique sur ce même site (livres de partition, jeu de cordes pour une guitare…). Il vous proposera une housse adaptée à vos besoins.
  2. D’autres internautes ont acheté le même synthétiseur que vous et ont choisi des housses, le site vous proposera les mêmes housses commandées par des milliers d’internautes avant vous.

Il existe un nombre d’exemples gigantesque considérant la place que prend aujourd’hui Internet dans nos vies…  Pour certains, cette collecte de données est une opportunité dans l’idée que la proposition commerciale concernera seulement les produits susceptibles de lui correspondre (car centrée sur ses centres d’intérêt). Pour d’autres, il s’agit purement et simplement de l’espionnage façon Big Brother. Alors, il est difficile aujourd’hui de trancher catégoriquement surtout si l’on s’attache à deux choses : 

 

- nous nous servons d’Internet et il nous rend bien service

- nous ne connaissons pas précisément à qui et à quoi vont servir nos données personnelles

 

Difficile de se prononcer sur un pour ou un contre. La vision que l’on doit avoir ne tient pas à un manichéisme de facilité qui, de toute façon, peinera à exister tant l’empreinte du web est ancrée dans notre quotidien et notre société (à moins d’être un ascète ou d’être retranché dans la pampa). En revanche, compte tenu du bruit lié à l’affaire des 87 millions de comptes Facebook piratés, les acteurs du web et les réseaux sociaux, grands pourvoyeurs de données, vont être obligés de répondre à leurs utilisateurs en s’attachant à mettre en place des mesures pour mieux protéger leurs données personnelles.

 

Dans notre prochain article, nos évoquerons le lien probable entre le Big Data et la tranquillité publique via une action menée à Marseille. D’ici là, bon surf et pour aller plus loi, en mode synthèse, cette petite vidéo devrait s’avérer assez parlante même si l’on pourrait évidemment aller plus loin.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0