Qu'en est-il vraiment de l'affaire Facebook et des données personnelles ?

Pour résumer.

 

Pendant la campagne présidentielle de Donald Trump, certains de ses collaborateurs, via la structure Cambridge Analytica, ont exploité les données Facebook personnelles de millions de personnes. C’est l’information révélée dimanche 18 mars par deux enquêtes du New York Times et du Guardian ainsi que les déclarations de Facebook. Ces articles révèlent comment le réseau social a été dupé par un chercheur qui a eu accès aux données de dizaines de millions de membres Facebook, lesquelles ont ÈtÈ ensuite détournées pour des publicités politiques lors de la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis. 

 

Mais comment ont-ils réussi à mettre la main sur nos données personnelles ? 

 

Déjà, partons du principe que nous consentons, pour pouvoir utiliser les services d'une application ou d'un site Internet ou mener à bien une quelconque inscription à un jeu, à laisser quelques informations nous concernant (nom, prénom, e-mail, téléphone, centres d'intérêt...). D'un simple clic, celles-ci se retrouvent entre les mains des principales plateformes sociales (Facebook) qui les met à disposition des annonceurs pour leurs campagnes publicitaires au ciblage ultra performant. C'est de cette manière que Facebook ou d'autres acteurs du numérique tirent leurs principaux revenus. Et pas des moindres puisque le bébé de Mark Zuckerberg a généré pas moins de 16 milliards de dollars de bénéfices en 2017.  

 

Alors, pour revenir à la fameuse affaire Facebook, la société britannique Cambridge Analytica a acquis les données de millions de membres Facebook en violation des règles du réseau social. Elle a ensuite exploité ces informations pour créer des profils psychographiques de ces utilisateurs, mais aussi leurs amis, qui ont été utilisées pour concevoir des publicités politiques ciblées lors de la campagne sur le référendum du Brexit et l’équipe du candidat Donald Trump en 2016. Facebook a indiqué avoir demandé à Cambridge Analytica de détruire ces données, ce qui n’a apparemment pas été fait. De son côté Cambridge Analytica assure avoir respecté les règles du réseau social avec des données obtenues légalement et équitablement. L’entreprise ajoute qu’elle a effacé les données qui suscitent l’inquiétude de Facebook.

 

Mais comment protéger ses données personnelles ?

 

Certes, depuis cette affaire, Facebook a réagi et réfléchit à la mise en place d'une série de mesures visant à protéger les données de ses utilisateurs (notamment la recherche par numéro de téléphone, le fameux annuaire inversé, devrait disparaître. Tout comme sa collecte de métadonnées, d'appels et SMS quand vous avez installé l'application sur votre appareil Android). Mais, sans pour autant fuir son réseau social favori (ce qui est très logiquement la meilleure option), voici quelques bons réflexes à observer : 

 

 -Évitez les applications tierces (rappelons que c'est grâce à une application tierce (un simple quiz) que Cambridge Analytica a subtilisé les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook)

 

- Faites des économies de « j’aime » (c'est la norme lorsqu'on consulte Facebook. On aime un commentaire, une photo, une vidéo, un article, des pages ici et là. C'est aussi grâce à ces actions que Facebook compile vos informations)

 

- Bloquez vos listes d'amis (c'est grâce à cette liste que Facebook fait son profilage d'individus, en passant par la famille et les amis. Vous pouvez rendre cette info accessible à vos amis seulement ou alors ne pas la partager du tout, ça compliquera un peu la tâche de Facebook)

 

- Maîtrisez la publicité (on peut limiter le ciblage publicitaire en supprimant les « centres d'intérêt » grâce auxquels les clients de Facebook vous ciblent)

 

- Régulez vos publications de photos (les photos que l'on prend avec notre téléphone intelligent contiennent notamment nos données de géolocalisation. Et Facebook va les lire. Si on publie 10 photos par semaine pendant quatre ans, l'entreprise va savoir ce que les gens font. Pour tous les réseaux sociaux, c'est le même procédé, particulièrement par l'autre favori : Instagram.)

 

Aujourd'hui, Internet et les réseaux sociaux sont devenus indispensables au quotidien d'une écrasante majorité de la population mondiale. Alors certes, aucun guide d'utilisation n'est fourni avec tous ces innombrables services dont nous disposons, mais rien n’empêche d’être vigilant, de prendre ses précautions et d’opérer une sorte de « self cyber protection » en évitant de tomber dans tous les pièges tendus par la « data surveillance ».

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0