L'Observatoire National de la Délinquance soulève une nette augmentation des cambriolages


Les résultats de l’enquête annuelle de victimation “Cadre de vie et sécurité”, menée par l’Insee, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), et le service statistique ministériel de la sécurité intérieure, ont été présentés hier. Parmi les cinq points présentés, les cambriolages et les vols sans violence rencontrent une augmentation substantielle. De quoi renforcer notre croyance en nos métiers et en nos solutions de sécurité électronique...

 

Forte hausse des cambriolages

 

L’augmentation annuelle (21 %) est inquiétante. En 2017, environ 569.000 ménages auraient été victimes d’un cambriolage ou d’une tentative de cambriolage. Un chiffre qui représente une part de 2 % des ménages de la population française, “sa plus haute valeur depuis 2006”, précise l’enquête. On constate que le taux de victimation (atteintes subies ou perçues) est plus élevé dans l’agglomération parisienne et dans les villes de plus de 100.000 habitants.

 

Hausse des vols sans violences

 

 

Plus d’un million de personnes auraient été victimes d’un vol ou d’une tentative de vol sans violence, soit environ 2,1 % de la population française de plus de 14 ans en 2017. Plus d’un tiers de ces faits auraient été commis par des pickpockets. Une autre proportion importante de ces faits concerne le vol de sacs ou de téléphones portables (la moitié des faits).

 

Les arnaques intégrées à l’étude

 

Pour la première fois, l’enquête “Cadre de vie et sécurité” s’est penchée sur les arnaques, en dehors du cas des débits frauduleux subis sur des comptes bancaires du ménage. Environ 1,7 million de français de plus de 14 ans auraient été victimes d’une arnaque en 2017. 12 % de ces personnes auraient été victimes plus d’une fois dans l’année. Dans la moitié des cas, le premier contact entre la victime et l’arnarqueur s’est effectué sur internet. Seules 8 % des victimes ont déposé plainte. 

 

Violences sexuelles, un effet #metoo qui libère la parole?

 

 

Selon la même enquête, le nombre de victimes de violences sexuelles commises par un individu ne vivant pas ou plus avec elles, est estimé à 276.000 en 2017. Un chiffre en forte hausse sur les deux dernières années, qui s’établissait à 135.000 en 2015. Les statisticiens restent toutefois prudent sur cette hausse : la question posée aux interviewés avait été changée l’an passée. 69 % des victimes précisent qu’elles connaissaient la personne à l’origine de l’agression. 43 % ont subi un viol ou une tentative de viol et 27 % ont subi des attouchements sexuels.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0