5 semaines après l’incendie de Notre Dame


5 semaines après le tragique incendie de Notre Dame de Paris, une fois l’émotion retombée, il est nécessaire de se remobiliser et d'agir autour des questions de sécurité de nos monuments historiques.

 

Ce qui existe déjà

 

À l’heure actuelle, chaque chantier a l’obligation d'avoir un agent de sécurité qui reste deux heures après le départ des ouvriers pour vérifier qu'il n'y a pas de départ de feu. Aussi, à partir du moment où deux entreprises sont présentes sur un chantier, une coordination hygiène et sécurité doit être mise en place, avec la mise en place d'un plan général de coordination qui définit les modalités à mettre en place afin d'assurer la sécurité des ouvriers.

 

Ce qui est envisagé 

 

Les procédures actuelles sont insuffisantes, selon Rémi Desalbres, président de l'association des Architectes du patrimoine, qui estime qu'il faut surtout renforcer la sécurité en amont. "Aujourd'hui, c'est avant tout la sécurité des personnes qui est prise en compte". "C'est une demande que j'avais faite au ministère de la Culture il y a déjà près de deux ans" pour obtenir "à la fois des systèmes de détection incendie généralisés dans les combles notamment des grands édifices, mais également la mise en place d'alarme anti-intrusion sur les chantiers". En effet, d’après Remi Desalbres, un nombre important de monuments historiques ne sont munis d’aucune détection incendie.

 

Le type de dispositif à mettre en place

 

Ce n’est pas la technologie qui fait défaut mais les moyens. La sécurité des monuments historiques repose sur les crédits des collectivités publiques et de l’État et, par mesure de précaution et pour prévenir les risques, il faudrait qu’un audit de sécurité soit proposé à chaque monument dit « à risque ». De là, on pourrait se projeter davantage et préconiser une technologie en rapport avec les matériaux les plus susceptibles de s’embraser, par exemple au niveau des charpentes où l’on pourrait imaginer l’installation d’un détecteur de fumée avec un raccordement au système d’alarme général.  Le diagnostic est nécessaire, il doit être fait le plus finement possible, en s’accordant aux spécificités de chaque édifice. Espérons que les choses aillent dans ce sens ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0