Un débat sur la reconnaissance faciale dans la vidéosurveillance


On en parlait dans ces colonnes il y a quelques semaines, un débat sur la reconnaissance faciale dans la vidéosurveillance va être lancé par le Ministère de l'Intérieur français.

 

Sans avoir d'avis définitif sur la question, le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a salué les expérimentations menées à Nice par Christian Estrosi, celui-ci ayant triplé le nombre de caméras dans sa ville en  10 ans. Les dispositifs de vidéosurveillance ont été salués par le Ministre, notamment après l'attentat du colis piégé du 24 mai dernier.

  

"C'est grâce à la vidéo que nous avons pu retrouver l'auteur présumé et l'interpeller. Mais c'est un travail qui a été fait image par image avec des policiers derrière chacun des écrans: la reconnaissance faciale peut permettre d'aller plus vite", a estimé M. Castaner.

 

La CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) devant oeuvrer pour les protections individuelles a suivi l'expérimentation menée à Nice et explique qu'il s'agissait de vérifier la capacité d'un logiciel de traitement des flux vidéo à effectuer de la reconnaissance faciale à la volée de 50 personnes volontaires, filmées seules et au sein d'un groupe d'individus. Les personnes étaient informées et pouvaient prendre un autre chemin si elles refusaient l'expérience.

 

Affaire à suivre, nous restons au contact sur le développement de ces projets.

Écrire commentaire

Commentaires: 0