Les métiers de la sécurité : état des lieux du recrutement et réglementation

Convoyeurs de fonds, agents de surveillance, conducteurs de chien... Le secteur de la sécurité est en plein essor et recrute de nombreux profils. Du niveau CAP jusqu'à ingénieur, il faut néanmoins, pour exercer certains métiers, obtenir une carte professionnelle délivrée par le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), valable 5 ans. Voici les domaines concernés :

 

- Surveillance humaine ou surveillance par des systèmes électroniques de sécurité ou gardiennage

- Sécurité cynophile

- Opérateur de vidéo protection

- Sûreté aéroportuaire

- Transport de fonds

- Maintenance et gestion de distributeurs automatiques de billets (DAB)

- Protection physique de personnes

- Recherches privées

 

Pour obtenir cette carte professionnelle, chaque candidat doit justifier d'une formation comme le certificat de qualification professionnelle (CQP), le service sécurité incendie et assistance à personnes (SSIAP 1, SSIAP 2, SSIAP 3), ou un diplôme (CAP et BEP agent de prévention et de sécurité, licence sécurité des biens et des personnes, master ingénierie des risques). La formation ne peut être entamée qu'avec la délivrance par le CNAPS d'une autorisation préalable. Elle fait suite à une enquête administrative destinée à fouiller les antécédents judiciaires des candidats.

 

 

Concernant le domaine de la cybersécurité, les employeurs recherchent surtout des bac + 5. Il faut donc passer par des écoles d'ingénieurs comme l'Institut d'ingénierie informatique de Limoges (Haute-Vienne), ou un master en sécurité informatique, en intégrant par exemple le centre de formation UTEC à Émerainville (Seine-et-Marne). Outre le casier judiciaire vierge, les experts travaillant pour certaines administrations sont soumis à une enquête de police.


Écrire commentaire

Commentaires: 0