Travailler oui, mais prendre soin de soi pendant la crise du Covid-19

Nous recuellions actuellement les témoignages de nos collaborateurs chez Predetec. Sur le terrain ou à distance, ils gèrent la continuité de l'activité de Predetec en cette période de Covid-19. Le télétravail n'a jamais été autant pratiqué mais il faut être vigilant... Predetec, avec l'appui des données de l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), évoque néanmoins les risques et prodigue quelques conseils.

 

 

Des risques

 

  • L'isolement : Le confinement anxiogène associé au fait de ne plus aller sur le lieu de travail et d'y retrouver les collègues, ainsi que d'éventuelles difficultés avec les technologies de la communication, aggravent les effets de l'isolement.
  • L'hyper-connexion au travail : La multiplication des sollicitations par mail ou audio et visioconférences, la création de nombreux groupes d'échanges, le souci de ne pas se faire oublier... peuvent compliquer le télétravail.
  • La difficulté à gérer son autonomie : Le fait de pratiquer un télétravail à temps complet risque d'aggraver les problèmes d'organisation personnelle que peuvent rencontrer certains salariés.
  • La difficulté à trouver l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle : En situation de confinement, le salarié partage son espace avec sa famille, elle-même confinée, et supporte souvent des charges familiales supplémentaires (garde d'enfant, école à la maison...).

 

 

Des conseils

 

 

Afin d'éviter des atteintes à sa santé, il est recommandé au télétravailleur de :

  • s'installer, dans la mesure du possible, dans un espace de travail dédié afin de ne pas être dérangé ;
  • aménager le poste de travail de manière à pouvoir travailler dans de bonnes conditions et de façon à limiter les risques de troubles musculosquelettiques  ;

D'être assez rigoureux et d'organiser son travail en :

  • se fixant des horaires ;
  • s'accordant des pauses régulières afin de permettre des phases de repos visuel et d'éviter de maintenir une posture assise trop longtemps ;
  • anticipant et planifiant, quand c'est possible, la charge de travail pour organiser les tâches selon les priorités et le temps nécessaire ;
  • renseignant les collaborateurs sur son statut (occupé pour une tâche qui nécessite de la concentration, absent en cas de pause, disponible si on peut être contacté) ;
  • utilisant les outils de communication mis à disposition pour faciliter les échanges (mails, « tchats », documents partagés, visioconférence, outils de travail collaboratif, agenda partagé) ;
  • gardant le contact avec les collègues et l'encadrement avec des points réguliers.

Enfin, pour les encadrants de proximité, il est recommandé:

 

  • de s'assurer d'un contact régulier avec chaque télétravailleur et d'organiser des rencontres virtuelles collectives ;
  • de respecter le droit à la déconnexion, même si les modalités n'en ont pas encore été débattues au sein de l'entreprise (notamment en respectant des horaires décents pour les communications téléphoniques) ;
  • d'adapter les objectifs et le suivi de l'activité aux conditions particulières.

 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0